Manœuvres par vent de travers en kayak directeur.

A la sortie du port de plaisance, le vent souffle tranquillement et un stagiaire n’arrive pas à faire abattre son kayak pour rejoindre la plage. En fin de séance, nous naviguons vent de travers pour rejoindre la cale, les stagiaires remontent au vent et compensent avec des propulsions circulaires pour maintenir le cap.

Après une phase de découverte des bases techniques dans une zone abritée, nous allons confronter nos stagiaires à l’environnement de pratique (le vent, les vagues, la marée, etc) et cet environnement va apporter des apprentissages spécifiques.

Réaction d’un kayak dans le vent.

Les termes


Le tirant d’eau : la hauteur de la partie immergée du bateau, cette hauteur varie en fonction de la charge transportée. Le kayak bénéficie d’un tirant d’eau très faible, qui lui permet de naviguer dans quelques petites dizaines de centimètres d’eau.
Lofer : placer le kayak vent debout, en se présentant face au vent Abattre : placer le kayak vent arrière, au portant, en tournant le dos au vent.
Ardent : un kayak ardent lofe par vent de travers.
Mou : un kayak mou abat par vent de travers. Le kayak mou présente un danger : si un vent du large vous pousse vers les roches de la côte, vous aurez du mal à vous éloigner de ces roches, car vous aurez du mal à remonter au vent.
Neutre : Le kayak neutre garde son cap par vent de travers.
Dérive : surface portante immergée permettant de résister au dérapage latéral dû à la poussée du vent. Sur les kayaks de mer, la dérive est réglable et rétractable.
Fardage : le fardage désigne la prise au vent d’un navire. On peut éventuellement augmenter la prise au vent de l’arrière ou de l’avant d’un kayak, en ajoutant un sac sur la pointe arrière ou sur la pointe avant. Pour compenser le dérapage de l’arrière d’un kayak ardent, on peut ajouter un sac sur le pont avant. Pour compenser le dérapage de l’avant d’un kayak mou, on peut ajouter un sac sur le pont arrière.

les problèmes du débutant par vent de travers

Le débutant maîtrise, plus ou moins, la propulsion circulaire pour tourner dans une zone abritée. Dans une zone de vent de travers, le débutant sera confronté aux limites de la maîtrise technique du geste de propulsion circulaire et aura du mal à garder un cap ou réaliser un virage à l’abattée.

Il est possible de modifier le comportement du kayak par vent de travers via l’ajout d’une dérive, d’un lest ou d’un volume

Un kayak ardent avance par vent de travers : l’arrière, qui est moins ancré que l’avant, va déraper sous la poussée latérale du vent. Le kayak ardent pivote alors sur un axe situé à l’avant du kayak : le vent éloigne la pointe arrière, amenant la pointe avant du kayak vers la source du vent. Le kayak se retrouve vent debout, on dit que le kayak lofe.

Le lofe du kayak ardent est facile à compenser par l’emploi de la dérive. La dérive du kayak de mer, située sous la pointe arrière, dont l’immersion est réglable, permet de doser l’augmentation de l’ancrage de l’arrière. Plus le vent de travers est fort, plus on sort la dérive.

Augmenter l’ancrage de l’arrière du kayak ardent empêche l’arrière de déraper et permet de garder son cap par vent de travers.

Un kayak mou est un kayak qui abat. Le tirant d’eau de la moitié avant du kayak est moins important que le tirant d’eau de la moitié arrière.
Par vent de travers, le kayak va pivoter sur un axe situé en arrière du kayak, il va se placer vent arrière. Pour garder un cap par vent de travers et éviter d’abattre, il faudrait que le kayak possède une dérive avant qui permette d’augmenter l’ancrage de la pointe avant.

Les situations pédagogiques

A lire également

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.